"The future belongs to those who live in the now."

 

(lu dans le métro, Dubaï)

Actualités

 

Prochaine expo

Hall de la mairie - LE MANS

JANVIER - FEVRIER 2019....

 

 

LEDRU VOYAGE,  PEINT

lES EXPOS s'enchaînent sans JAMAIS être les mêmes, des moments pour échanger ses expériences et s'aérer mutuellement nos neurones....

 

VISITES (guidées) de l'atelier

23 rue Rode

33000 BORDEAUX

Sur rendez-vous

non stop

à des heures raisonnables !

AUTEUR

BARCELONNAISES < NOTES DE VOYAGES +

Olympique au soleil le port passager

où musardent nostalgiques

et faux sportifs,

jeunesse bobo branchée

sous le ventre doré de la baleine tressée

en longues files tranquilles sommeillent les taxis

salamandres nonchalantes

nulle part ailleurs cité

ne semble si peu pressée.

 

 

A Barcelone, on n'aime pas trop les toros, exorcise le flamenco. On a déjà Miro et Picasso; c'est qu'on a mal à sa Place d'Espagne, lui préfère la Place de Catalogne et sa Corte inglès, elle qui mène dans les quatre directions. Gaudi s'exkitsche, couleurs et mosaïques. Anniversaire oblige, Sacrée Famille pour réfrigérateurs. Reptiles pour souris d'aujourd'hui. Néanmoins, un drôle de paroissien; laisser achever les copains ce qu'il n'a pas terminé. Miro s'en foutait moins, lui qui s'est mis à faire des logos pour sa banque. L'artiste qui aide les banques, ça s'appelle du Mécénat à l'envers. A la cathédrale, le téléphones portables sont interdits, une vingtaine de moniteurs le rappelle en silence, mais criards en couleurs. Dans le cloître gothique, les automates ne donnent ni glaces ni cocas, mais distribuent les cierges. Dans les chapelles, de bonnes dames au comptoir prélèvent le prix des messes; sur le parvis, les mimes jouent à l'ange ou bien à Jésus-Christ. Un week end touristique ressemble à un week-end touristique. A Barcelone comme à Anvers, le dimanche, musiciens, saltimbanques font leur cirque sur les places des églises. Tour autour s'affichent les menus touristiques; Fermées les devantures dans les quartiers typiques. Huit à huit, sept sur sept et non stop, les bondieuseries sont ouvertes les dimanches. Les musées sont remplis. Point de trace de Dali. Pour lui, c'est à deux pas d'ici. Avec Miro, Tapiès, Picasso et Gaudi, on a tout ce qu'il faut.

 

 

Barcelone, avril 2002